Dépistage de la mucopolysaccharidose de type 1

Qu’est-ce que la mucopolysaccharidose de type 1 (MPS-I)?

Les mucopolysaccharidoses (MPS) sont un groupe de troubles génétiques héréditaires évolutifs caractérisés par un déficit en enzymes lysosomales responsables de la dégradation des glycosaminoglycanes.1 L’accumulation qui s’ensuit de différents produits (sulfate de chondroïtine, sulfate d’héparane, sulfate de dermatane et sulfate de kératane) dans les lysosomes provoque un dysfonctionnement multiorganique impliquant divers tissus.1 Cela explique les différents phénotypes observés dans les MPS1.

La mucopolysaccharidose de type 1 (MPS-Ι) résulte d’un déficit dans l’activité de l’alpha-L-iduronidase (IDUA), une enzyme lysosomale, qui entraîne une accumulation de sulfate de dermatane et de sulfate d’héparane, des glycosaminoglycanes (GAG).1,2 La MPS-I se transmet de manière autosomique récessive, et les trouvailles cliniques peuvent comprendre un retard du développement, un dysfonctionnement musculosquelettique, des infections des voies respiratoires supérieures fréquentes et une atteinte cardiaque.2 La sévérité des symptômes de la MPS-I varie, mais la maladie est généralement décrite comme de forme sévère (autrefois appelée « syndrome de Hurler ») ou atténuée (autrefois appelée « syndromes de Hurler-Scheie et de Scheie), l’évolution de la maladie, les organes atteints et l’âge d’apparition de la maladie variant selon la forme.2

Les formes sévère et atténuée de la MPS-I se recoupent considérablement. La présence des symptômes qui suivent peut signifier qu’une évaluation plus approfondie est nécessaire2 :

  • Hernie inguinale ou ombilicale
  • Traits du visage grossiers
  • Infections des voies respiratoires supérieures (dont l’otite moyenne) précoces et fréquentes
  • Retard du développement

Les personnes atteintes de MPS-I peuvent également présenter une hépatosplénomégalie, une amplitude de mouvement articulaire limitée, des raideurs et des contractures articulaires, une opacification de la cornée et un syndrome du canal carpien.1,2

Quelle est l’incidence de la mucopolysaccharidose?

L’incidence globale de la mucopolysaccharidose est estimée à environ 1 cas pour 25 000 naissances.1 La forme sévère de la MPS-I est observée dans toutes les populations à une fréquence d’environ 1 cas pour 100 000 naissances, et la forme atténuée, à une fréquence d’environ 1 cas pour 500 000 naissances.2

Admissibilité au programme de diagnostic ItinéRare

Ce programme de dépistage des maladies rares est conçu pour les professionnels de la santé qui ont des raisons cliniques de soupçonner chez leurs patients admissibles la présence de la MPS-I. Le programme comprend un test de dépistage spécifique de la MPS-I (dosage enzymatique de l’alpha-L-iduronidase avec séquençage de confirmation du gène IDUA en cas de déficit).

* Remarque : Ce programme ne convient pas au dépistage des porteurs.

En quoi consiste le dépistage de la MPS-I?

Voici l’algorithme du dépistage spécifique du trouble :Voici l’algorithme du dépistage spécifique du trouble :

  1. Dosage enzymatique de l’alpha-L-iduronidase
  2. Si le taux d’enzyme s’avère déficitaire, séquençage du gène IDUA

Si le séquençage ou le dosage de l’activité enzymatique a déjà été réalisé, il est possible de demander les épreuves individuellement.

Références:

  1. Nagpal R, et al. Indian J Ophthalmol. 2022;70:2249-61.
  2. Clarke LA. Mucopolysaccharidosis Type I. 31 octobre 2002 [mise à jour du 25 février 2021]. Dans : Adam MP, et al. réd. GeneReviews® [Internet]. Seattle (Washington) : Université de Washington, Seattle; 1993-2023. Disponible au https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK1162/.

Le programme de diagnostic ItinéRare n’est pas destiné à interférer de quelque façon que ce soit avec le jugement et la liberté de choix d’un clinicien ou d’un patient dans les tests et les options de traitement pour ces maladies, et ne doit pas interférer de quelque façon que ce soit avec ceux-ci. Les cliniciens et les patients doivent toujours envisager la gamme complète de tests et d’options de traitement et sélectionner ceux qui conviennent le mieux au patient. Les renseignements qui permettent d’identifier les patients et les cliniciens ne sont pas transmis à Sanofi Canada.