Dépistage de la maladie de Pompe

Qu’est-ce que la maladie de Pompe?

La maladie de Pompe est un trouble autosomique récessif rare causé par des mutations dans le gène GAA.1 Également appelée déficit en maltase acide, la maladie de Pompe est une maladie lysosomale chronique et progressive résultant d’un déficit total ou partiel en alpha-glucosidase acide, enzyme lysosomale qui joue un rôle essentiel dans la dégradation du glycogène.1,2 L’accumulation graduelle de glycogène qui s’ensuit entraîne des lésions musculaires graves et une perte conséquente de capacité fonctionnelle.2 Bien qu’il s’agisse d’une maladie rare qui touche principalement le cœur et les muscles squelettiques, le tableau clinique est extrêmement variable, en raison de l’apparition de nouveaux phénotypes, associés notamment à l’atteinte du muscle lisse du tractus gastro-intestinal et des vaisseaux sanguins.2,3


La maladie de Pompe se décline en un large éventail de phénotypes selon l’âge d’apparition de la maladie; elle peut se déclarer durant la petite enfance ou chez les jeunes gens et les adultes.1,2

La maladie de Pompe se manifeste sous deux formes : l’une se déclare chez l’enfant et est appelée maladie de Pompe d’apparition infantile (MPAI), et l’autre est la maladie de Pompe d’apparition tardive (MPAT).3

  • La MPAI, qui est considérée comme la forme classique, se déclare à la naissance ou dans les quelques mois qui suivent.1 Caractérisée par un taux élevé de créatine kinase (CK),4 une faiblesse musculaire sévère, une insuffisance respiratoire et une cardiomyopathie, la MPAI peut entraîner la mort dans la première année de vie si elle n’est pas prise en charge.1,2 Les symptômes évocateurs de cette maladie rare peuvent comprendre un retard dans le développement moteur ou une régression motrice, une cardiomyopathie hypertrophique, une altération du tractus intestinal avec macroglossie (qui peut occasionner des troubles de la déglutition) et une hypotonie (relâchement musculaire). Les nourrissons atteints de la forme grave de la maladie peuvent avoir besoin d’une assistance mécanique pour respirer.1
  • La seconde forme – la MPAT –, soit celle qui se déclare pendant l’enfance ou à l’âge adulte, connaît une évolution plus insidieuse et touche principalement les muscles.3 Le taux de CK n’est pas nécessairement élevé,4 et la maladie peut se manifester par une myopathie qui altère la démarche et par une détérioration de la fonction respiratoire.2 En cas de MPAT, les résultats de la biopsie musculaire peuvent indiquer la présence de vacuoles remplies de glycogène visibles à la réaction à l’acide périodique Schiff ou à la phosphatase acide.3 Il existe néanmoins un risque de faux négatifs en raison de la grande variabilité à l’intérieur des fibres musculaires, de sorte qu’un résultat normal à la biopsie musculaire ne permet pas d’exclure le diagnostic de maladie de Pompe1. Les signes et les symptômes évocateurs de la MPAT varient considérablement, mais comprennent une faiblesse musculaire proximale progressive, une myopathie squelettique, une intolérance à l’effort, les infections respiratoires, une dyspnée, une insuffisance respiratoire et des troubles de la déglutition.1,2

Quelle est l’incidence de la maladie de Pompe?

L’incidence globale de la maladie est généralement estimée à environ 1 cas pour 40 000 personnes, mais elle peut varier considérablement selon le groupe ethnique. Le dépistage des nouveau-nés aux États-Unis a révélé une incidence de 1 cas pour 23 596 personnes dans l’Illinois, de 1 cas pour 16 095 personnes en Pennsylvanie et de 1 cas pour 10 152 personnes dans le Missouri.3

Admissibilité au programme de diagnostic ItinéRare

Ce programme de dépistage des maladies rares est conçu pour les professionnels de la santé qui ont des raisons de soupçonner chez leurs patients admissibles la présence de la maladie de Pompe. Le programme comprend un test de dépistage spécifique de la maladie de Pompe (dosage enzymatique de l’alpha-glucosidase acide avec séquençage de confirmation du gène GAA en cas de déficit) et deux panels de séquençage multigénique de nouvelle génération qui comprennent le gène GAA (un panel des troubles musculaires de 122 gènes et un panel des cardiomyopathies hypertrophiques de 60 gènes).

*Remarque: Ce programme ne convient pas au dépistage des porteurs.

En quoi consiste le test de dépistage de la maladie de Pompe?

Voici l’algorithme du dépistage spécifique du trouble:

  1. Dosage de l’alpha-glucosidase acide
  2. Si le taux d’enzyme s’avère déficitaire, séquençage du gène GAA (avec analyse des variations du nombre de copies, s’il y a lieu)

Si le sujet s’est déjà prêté à un séquençage du gène GAA ou à une mesure de l’activité enzymatique, il est possible de demander les épreuves individuellement.

Dans les cas des nourrissons ayant obtenu des résultats évocateurs de la maladie de Pompe lors des tests de dépistage néonatal ou en présence des symptômes de la MPAI, un séquençage accéléré du gène GAA est offert.

Références

  1. Taverna S, et al. Aging (Albany NY). 2020;12(15):15856–15874.
  2. Davison JE. J Mother Child. 2020;24(2):3–8.
  3. Stevens D, et al. Curr Treat Options Neurol. 2022;24(11):573–588.
  4. Kishnani PS, et al. Genet Med. 2006;8(5):267–288.

Le programme de diagnostic ItinéRare n’est pas destiné à interférer de quelque façon que ce soit avec le jugement et la liberté de choix d’un clinicien ou d’un patient dans les tests et les options de traitement pour ces maladies, et ne doit pas interférer de quelque façon que ce soit avec ceux-ci. Les cliniciens et les patients doivent toujours envisager la gamme complète de tests et d’options de traitement et sélectionner ceux qui conviennent le mieux au patient. Les renseignements qui permettent d’identifier les patients et les cliniciens ne sont pas transmis à Sanofi Canada.